En développement constant depuis quelques années en France, le financement participatif s’avère être une solution alternative efficace dans certains cas. Néanmoins, il est nécessaire d’avoir quelques bases avant de se lancer.

Créateur, repreneur d’entreprise ou entrepreneur souhaitant développer son activité, le recours à un prêt bancaire classique n’est pas toujours la solution la plus adéquate. Pour cela, il existe une solution alternative, le crowdfunding (financement participatif), qui connaît un essor fulgurant. Née au début des années 2000 avec l’essor d’internet, cette pratique est en développement constant  en France depuis plusieurs années, passant de 167M€ collectés en 2015 à 629M€ en 2019 (source financeparticipative.org). 

Cette méthode permet de récolter des fonds auprès d'un large public via des plateformes de financement participatif afin de financer un projet, qui peut être de nature très diverse (culturel, artistique, entrepreneurial…). Il peut prendre la forme de dons, de prêts rémunérés ou de participations dans l’entreprise. Il existe 3 types de financement participatif : le don (avec possibilité parfois d’obtenir une contrepartie non-financière), le prêt, qui permet de financer des projets via des prêts gratuits ou rémunérés, et l’investissement, qui permet de financer un projet entrepreneurial via la souscription de titres de capital ou de créance. 

Multiplication des plateformes 

Avec la multiplication des plateformes de crowfunding, pas toujours facile de trouver un site fiable. Avec le développement de ce mode de financement, il en existe aujourd'hui une multitude. Certaines plateformes s'intéressent à toutes les sortes de projets tandis que d’autres sont spécialisées sur un secteur en particulier (culture, social, environnement, innovations, numérique…). Avant de recourir à cette méthode, il est donc nécessaire de se renseigner sur les conditions de fonctionnement de la plateforme avant de s’engager et de vérifier que l’organisme concerné figure bien sur la liste des prestataires autorisés à exercer en France. Pour rechercher facilement des plateformes fiables, il est possible de consulter le site mis en place par l'association Financement participatif France, la Caisse des dépôts et consignations et Bpifrance.

 

Quel encadrement ? 

Afin de permettre le développement du crowdfunding dans un environnement sécurisé pour les contributeurs (donateurs, prêteurs ou investisseurs), les activités générées dans le cadre du financement participatif sont réglementées par un cadre juridique sécurisé. Ainsi, toutes les plateformes de financement participatif sont tenues de respecter la réglementation et les obligations correspondant aux activités exercées : collecte de fonds, conservation et gestion de fonds, appel public à l’épargne, distribution de produits financiers…