La députée des Alpes-Maritimes interpelle le gouvernement lors de la séance orale de ce 8 décembre, suite aux dégâts causés par le passage de la tempête Alex en octobre dernier.

Ce mercredi 8 décembre, la députée des Alpes-Maritimes Alexandra Valetta-Ardisson interpellait le gouvernement afin d’obtenir un soutien plus ample pour la reconstruction des vallées sinistrées suite au passage de la tempête Alex, le 2 octobre dernier. Et de proposer une série de mesures d’anticipation et de gestion. Concernant la prévention des risques naturels et la gestion de l’après-catastrophe, la députée préconise de rendre obligatoire l’établissement d’un plan de prévention des risques au niveau des intercommunalités et demande l’extension des baux mobilités aux personnes victimes de catastrophes naturelles. La députée a également profité de cette séance pour réclamer la mise en place de mécanismes d’aides «semblables à ceux existants dans les zones de revitalisation ou dans les zones franches»

«Bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux permettrait aux professionnels des communes sinistrées de pouvoir survivre et rebondir plus facilement, après avoir tout perdu. Cela pourrait également attirer de nouveaux acteurs économiques et investisseurs et par conséquent, redynamiser un territoire fortement éprouvé», développe la députée qui évoque des aides de l’Etat déjà actées mais encore «insuffisantes» au vu de l’ampleur des coûts de reconstruction des trois vallées (Tinée, Roya et Vésubie). Cependant, «aucune réponse satisfaisante [n’a] été apportée ce jour concernant les aides fiscales et sociales», précise le cabinet de la députée.