Séance de rattrapage pour le commerce de proximité après un séisme économique. Au menu : digitalisation des commerces, accompagnements personnalisés et coup de pouce financier.

Booster le commerce niçois. C’est la nouvelle mission que s’est donné la Métropole Nice Côte d’Azur avec le lancement, ce jour, de son opération éponyme. D’abord, on fustige les dernières mesures gouvernementales jugées «incompréhensibles». Puis, comme le veut la tradition, on se félicite des «nombreuses actions déjà mises en place» : prise en charge des loyers des TPE, exonération des droits de terrasse et différents fonds d’urgence. «La ville a déjà injecté 60M€ en faveur du commerce de proximité», rappelle le maire de Nice et président de la Métropole, Christian Estrosi.  

Booster Commerces, c’est un dispositif «innovant», fiancé à hauteur de 140.000€ par la Métropole, en faveur des commerces de proximité. Avec comme principaux partenaires la CCI, la CMAR, Initiative Nice Côte d'Azur et l’IRCE. Une solution proposant des formations autour de la digitalisation des commerces, «désormais indispensable», avec des parcours personnalisés autour de la vente en ligne, la communication et les réseaux sociaux. Un outil dédié pour ne pas «subir le numérique», mais plutôt s’inscrire dans «une démarche pro-active». Une centaine de commerces devraient en bénéficier «très prochainement» et 2 ont déjà eu l’honneur de le tester. Ce Booster Commerces s’inscrit plus largement dans le Pacte Economique initié par la Métropole, déployé en mai dernier.

Création d'un guichet unique

Une initiative qui tombe à point nommé. «Nous allons entamer une période difficile», alerte Jean-Pierre Savarino, président de la CCI Nice Côte d’Azur : «si nous avons su gérer l’urgence, il faut maintenant faire face aux diminutions drastiques de trésorerie et aux mesures sanitaires de plus en plus contraignantes». Pour George Bisson, qui représentait Jean-Pierre Galvez pour la Chambre des métiers : «Booster Commerces est un dispositif fort et complet, mixant les compétences des différents partenaires et se distinguant par sa personnalisation marquée.» Dispositif auquel s’ajoute la création d’un guichet unique pour accompagner le maintien et la création de nouveaux commerces, couplé à des permanences de services transversaux (Urssaf, CCI, IRCE, Dirrecte, CMAR…), dans le but de «simplifier les relations entres les différents acteurs du commerce local». Autre mesure phare : la gratuité du stationnement sur voirie dont bénéficieront les commerçants «jusqu’à la fin de l’année». Du moins pour les quelques 549 commerçants détenteurs d’un abonnement (pour un montant de 65€/mois). Une «petite économie non-négligeable».