L’établissement s’est distingué à travers ses différents programmes de sensibilisation en faveur de la biodiversité marine.

A l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, la Commission européenne a lancé une nouvelle coalition mondiale pour la biodiversité (Unis pour la biodiversité) dont le premier membre officiel est l’Institut océanographique de Monaco, ajoutant sa voix aux 16 organisations et associations qui soutiennent déjà la charte de la coalition. L’établissement s’est distingué à travers différents programmes tels que la protection des méduses, des requins et des tortues et, pour la saison 2020-2021, les récifs coraliens à travers des programmes pluridisciplinaires (expositions, animations grand public, éditions, conférences-débats, centre de soin des espèces marines de Monaco…).

Par cette campagne de communication, la Commission appelle à «renforcer la mobilisation en vue de protéger la biodiversité», et appelle les parcs nationaux, aquariums, jardins botaniques, zoos, centres de recherche et musées des sciences et musées d'histoire naturelle à «unir leurs forces pour sensibiliser davantage le public à la crise de la nature». «Avec leurs collections, leurs programmes d'éducation et de conservation, ces institutions sont les meilleurs ambassadeurs pour informer le public sur les effets dramatiques de la crise de la biodiversité», développe Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l'environnement, aux océans et à la pêche.

«Poursuivre les efforts de sensibilisation»

Pour S.A.S. le Prince Albert II : «nous devons maintenir cette dynamique et poursuivre ces efforts de sensibilisation qui sont maintenant plus nécessaires que jamais. C'est ce que nous devons tous faire, à l'approche des événements politiques clés à venir, en particulier la Conférence des Nations Unies sur l'Océan, le Congrès mondial de l'UICN et la COP15 de la Convention sur la diversité biologique, réunions qui devraient nous inciter tous à agir, car nous ne pouvons pas nous permettre de les manquer.»